L’Andalousie est une terre peuplée de tout temps, un creuset où les civilisations se sont succédées et enrichies par strate culturelle. 

Préhistoire

Néanderthaliens. La Péninsule Ibérique était peuplée d’hominidés lorsque les hommes modernes débarquent il y a 35 000 ans depuis le Nord. Les Néanderthaliens survécurent en Andalousie jusqu’à il y a 27 000 ans. Des peintures rupestres (« Arte sureño ») sont abondantes en particulier dans le canton Campo de Gibraltar. De nombreux restes datant de l’Âge du Cuivre (culture calcholithique) ont été retrouvé sur les reliefs andalous surplombant la Dépression du Guadalquivir.

Antiquité

Les richesses en minerai de la Sierra Morena expliqueront l’attraction sans cesse renouvelée de l’Andalousie pour les civilisations postérieures : Ibères, Celtes, Phéniciens, et Grecs. La plus importante civilisation, en contact avec les voyageurs grecs fût Tartessos, le peuple du grand fleuve d’Andalousie. Pendant l’Antiquité, les Romains et les gens de Carthage (d’origine phénicienne) se disputèrent l’hégémonie de la Méditerranée Occidentale au cours des guerres puniques. Carthage se fait puissante en Ibérie mais est finalement vaincue et détruite par Rome. Les deux premiers siècles avant J.C. sont témoins de la conquête romaine de la Péninsule Ibérique qui devient Hispania. 

Les Romains. La Bétique (du nom du fleuve Baetis), dont la capitale est Corduba, est l’une des provinces les plus riches de l’Empire Romain : grenier à grain, mines de métaux précieux, source quasi exclusive du « garum » (denrée de luxe à base de poisson) et de l’huile d’olive. L’affluence de la région était telle qu’elle produisit quatre des empereurs les plus influents de toute l’histoire de l’Empire : Trajan, Adrien, Marc Aurèle et Théodose. 

MoYEN âge

La chute de l’Empire romain fut un processus graduel, mais deux dates sont marquantes pour Hispania. An 476, les vandales franchissent le Rhin gelé et postérieurement les Pyrénées. L’année 410 marque la fin de l’Antiquité, lorsque les wisigoths envahissent Rome. Ils occuperont ensuite la Gaule méridionale, seront refoulés par les Francs et expulseront les vandales (!). Les nobles Wisigoths -pas moins de 33 rois- gouverneront la région plus de deux siècles, depuis leur capitale à Tolède. 

Les Syriens, Arabes et Maures musulmans conquièrent en quelques années seulement le royaume depuis le Maghreb, en 711 a lieu la bataille fondatrice du Guadalete. Ils fondentAl-Andalus, dont la principale ville est Kuturba (Córdoba) au bord du Guadalquivir, la « Grande rivière ». Huit siècles de présence résumée en trois étapes : la conquête par les troupes syriennes du Califat Omeyya suivie d’un émirat indépendant; le Califat de Cordoue qui marque l’apogée de la civilisation andalousie ; une période pendant laquelle se succèdent des royaumes indépendants, les taifas, et le contrôle par les empires berbères nort-africains: Almorávides y Almohades ; finalement deux siècles de résistance sur « La Frontera » du royaume de Grenade. 

Chrétiens médiévaux. Les Couronne de Castille, Aragon, Léon et Navarre se disputent les petits royaumes du Nord pendant l’âge florissant d’Al-Andalus, jusqu’à ce que leur union leur permettent de conquérir définitivement les territoires musulmans (une longue et complexe histoire : des alliances interconfessionnelles n’étaient pas rares, miracle de la politique). Finalement, les Rois Catholiques connaissent leur acmé en 1492, année qui marque la fin du moyen-âge : Christophe Collomb, aidé par les marins de Huelva, découvre l’Amérique (les Caraïbes), Le Royaume de Grenade capitule et Al-Andalus disparaît, les juifs sont expulsés d’Espagne. A la même époque, d’une part les îles Canaries sont conquises et d’autre part, l’Inquisition Espagnole, fondée afin de maintenir l’orthodoxie catholique dans le royaume, connaît sa période d’activité la plus intense, notamment dans les villes d’Andalousie. 

L’esprit de frontière des Castillans les fait bénéficier de la gloire et des richesses héritées de Al-Andalus et du nouveau monde. 

Période moderne

La fille des Rois Catholiques est mariée à un prince de la Maison d’Autriche et donne naissance en Belgique au futur Charles Quint. C’est le début de L’empire des Habsbourg espagnols et la fin d’une indépendance des fiers nobles castillans. Le Guadalquivir étant navigable, le port de Séville devient la principale porte des Indes Occidentales et s’enrichira pendant les siècles suivants. Notons Ubeda et Baeza, deux villes de La Renaissance dans la province de Jaén. La flotte espagnole assurera la domination des mers durant trois siècles (malgré des défaites comme celle de L’Armada Invincible). Le premier empire global est né, avec des possessions espagnoles sur tous les continents, et connaît son apogée avec Felipe II (fils de Charles Quint) et culturelle avec le siècle d’Or espagnol. Les Habsbourg abusant d’une politique de mariage en famille finirent par succomber aux effets négatifs de la consanguinité : le dernier souverain de la famille, Carlos II, mourut tragiquement à 38 ans en 1700. Dans le cadre de la guerre de succéssion, les Anglais envahissent Gibraltar en 1704, et la famille d’origine française des Bourbons succéda au trône, non sans difficulté. Leur premier siècle est marqué par l’Illustration (Les Lumières) et l’Absolutisme.  

La prééminence de l’Empire d’Espagne et de son alliée l’Église Catholique Romaine engendra une propagande anti-espagnole, connut sous le nom de Légende Noire Espagnole, par les puissances politiques et religieuses européennes compétitrices, qui exagérèrent ses aspects négatifs.

Période contemporaine

Napoléon. L’évènement majeur a lieu en 1805 avec la Bataille de Trafalgar. Les anglais gagnent définitivement contre les alliés français et espagnols la domination des mers qui impulsera l’Empire britannique. Napoléon mènera dès lors une politique continentale : ses troupes occuperont l’Espagne et formeront l’Empire français. S’ensuivra la guerre d’indépendance espagnole (1808-1814), marquée par la participation de l’Angleterre, la guérilla et la guerre totale, cruelle et dévastatrice, tant pour les pertes en vies humaines, les souffrances des populations que pour la destruction des infrastructures industrielles ou agricoles. Le pays est ruiné et perdra son influence internationale, tandis que le peuple sort diminué et les campagnes sont infestées d’anciens guérilleros. L’Espagne connait une forte instabilité politique et l’avènement d’idées démocratiques : l’avant-gardiste “Pepa“, Constitution de Cadix (1812); la première république (1873-1874) et finalement la Restauration (1875).  

Le XIX siècle est l’époque des  voyageurs romantiques particulièrement passionnés par l’Andalousie, principalement des français et des anglo-saxons, et dont les écrits seront fondateurs d’une image exotique et fantasmée d’Espagne.

Italica

Mosaïque romaine ornithophile à Italica.

Patio des Lions, Grenade

Le célèbre Patio des Lions, apogée du Royaume de Grenade.

Porte médiévale à l'Alhambra

Porte médiévale à l’Alhambra.

San Rafael Pont Romain de Cordoue

Le San Rafael sur le Pont Romain de Cordoue.

rue quelconque en Andalousie

Détails typiques d’une rue quelconque en Andalousie

 L’Andalousie est une terre peuplée de tout temps, un creuset où les civilisations se sont succédées et enrichies par strate culturelle. 

Préhistoire

Néanderthaliens. La Péninsule Ibérique était peuplée d’hominidés lorsque les hommes modernes débarquent il y a 35 000 ans depuis le Nord. Les Néanderthaliens survécurent en Andalousie jusqu’à il y a 27 000 ans. Des peintures rupestres (« Arte sureño ») sont abondantes en particulier dans le canton Campo de Gibraltar. De nombreux restes datant de l’Âge du Cuivre (culture calcholithique) ont été retrouvé sur les reliefs andalous surplombant la Dépression du Guadalquivir.

Antiquité

Les richesses en minerai de la Sierra Morena expliqueront l’attraction sans cesse renouvelée de l’Andalousie pour les civilisations postérieures : Ibères, Celtes, Phéniciens, et Grecs. La plus importante civilisation, en contact avec les voyageurs grecs fût Tartessos, le peuple du grand fleuve d’Andalousie. Pendant l’Antiquité, les Romains et les gens de Carthage (d’origine phénicienne) se disputèrent l’hégémonie de la Méditerranée Occidentale au cours des guerres puniques. Carthage se fait puissante en Ibérie mais est finalement vaincue et détruite par Rome. Les deux premiers siècles avant JC sont témoins de la conquête romaine de la Péninsule Ibérique qui devient Hispania. 

Les Romains. La Bétique (du nom du fleuve Baetis), dont la capitale est Corduba, est l’une des provinces les plus riches de l’Empire Romain : grenier à grain, mines de métaux précieux, source casi exclusive du « garum » (denrée de luxe à base de poisson) et de l’huile d’olive. L’affluence de la région était telle qu’elle produisit quatre des empereurs les plus influents de toute l’histoire de l’Empire : Trajan, Adrien, Marc Aurèle et Théodose. 

MoYEN âge

La chute de l’Empire romain fut un processus graduel, mais deux dates sont marquantes pour Hispania. An 476, les vandales franchissent le Rhin gelé et postérieurement les Pyrénées. L’année 410 marque la fin de l’Antiquité, lorsque les wisigoths envahissent Rome. Ils occuperont ensuite la Gaule méridionale, seront refoulés par les Francs et expulseront les vandales (!). Les nobles Wisigoths -pas moins de 33 rois- gouverneront la région plus de deux siècles, depuis leur capitale à Tolède. 

Les Syriens, Arabes et Maures musulmans conquièrent en quelques années seulement le royaume depuis le Maghreb, en 711 a lieu la bataille fondatrice du Guadalete. Ils fondentAl-Andalus, dont la principale ville est Kuturba (Córdoba) au bord du Guadalquivir, la « Grande rivière ». Huit siècles de présence résumée en trois étapes : la conquête par les troupes syriennes du Califat Omeyya suivie d’un émirat indépendant; le Califat de Cordoue qui marque l’apogée de la civilisation andalousie ; une période pendant laquelle se succèdent des royaumes indépendants, les taifas, et le contrôle par les empires berbères nort-africains: Almorávides y Almohades ; finalement deux siècles de résistance sur « La Frontera » du royaume de Grenade. 

Chrétiens médiévaux. Les Couronne de Castille, Aragon, Léon et Navarre se disputent les petits royaumes du Nord pendant l’âge florissant d’Al-Andalus, jusqu’à ce que leur union leur permettent de conquérir définitivement les territoires musulmans (une longue et complexe histoire : des alliances interconfessionnelles n’étaient pas rares, miracle de la politique). Finalement, les Rois Catholiques connaissent leur acmé en 1492, année qui marque la fin du moyen-âge : Christophe Collomb, aidé par les marins de Huelva, découvre l’Amérique (les Caraïbes), Le Royaume de Grenade capitule et Al-Andalus disparaît, les juifs sont expulsés d’Espagne. A la même époque, d’une part les îles Canaries sont conquises et d’autre part, l’Inquisition Espagnole, fondée afin de maintenir l’orthodoxie catholique dans le royaume, connaît sa période d’activité la plus intense, notamment dans les villes d’Andalousie. 

L’esprit de frontière des Castillans les fait bénéficier de la gloire et des richesses héritées de Al-Andalus et du nouveau monde. 

Période moderne

La fille des Rois Catholiques est mariée à un prince de la Maison d’Autriche et donne naissance en Belgique au futur Charles Quint. C’est le début de L’empire des Habsbourg espagnols et la fin d’une indépendance des fiers nobles castillans. Le Guadalquivir étant navigable, le port de Séville devient la principale porte des Indes Occidentales et s’enrichira pendant les siècles suivants. Notons Ubeda et Baeza, deux villes de La Renaissance dans la province de Jaén. La flotte espagnole assurera la domination des mers durant trois siècles (malgré des défaites comme celle de L’Armada Invincible). Le premier empire global est né, avec des possessions espagnoles sur tous les continents, et connaît son apogée avec Felipe II (fils de Charles Quint) et culturelle avec le siècle d’Or espagnol. Les Habsbourg abusant d’une politique de mariage en famille finirent par succomber aux effets négatifs de la consanguinité : le dernier souverain de la famille, Carlos II, mourut tragiquement à 38 ans en 1700. Dans le cadre de la guerre de succéssion, les Anglais envahissent Gibraltar en 1704, et la famille d’origine française des Bourbons succéda au trône, non sans difficulté. Leur premier siècle est marqué par l’Illustration (Les Lumières) et l’Absolutisme.  

La prééminence de l’Empire d’Espagne et de son alliée l’Église Catholique Romaine engendra une propagande antiespagnole, connut sous le nom de Légende Noire Espagnole, par les puissances politiques et religieuses européennes compétitrices, qui exagérèrent ses aspects négatifs.

Période contemporaine

Napoléon. L’évènement majeur a lieu en 1805 avec la Bataille de Trafalgar. Les anglais gagnent définitivement contre les alliés français et espagnols la domination des mers qui impulsera l’Empire britannique. Napoléon mènera dès lors une politique continentale : ses troupes occuperont l’Espagne et formeront l’Empire français. S’ensuivra la guerre d’indépendance espagnole (1808-1814), marquée par la participation de l’Angleterre, la guérilla et la guerre totale, cruelle et dévastatrice, tant pour les pertes en vies humaines, les souffrances des populations que pour la destruction des infrastructures industrielles ou agricoles. Le pays est ruiné et perdra son influence internationale, tandis que le peuple sort diminué et les campagnes sont infestées d’anciens guérilleros. L’Espagne connait une forte instabilité politique et l’avènement d’idées démocratiques : la Corte de Cadix (1814), la première république (1873-1874) et finalement la Restauration (1875).  

Le XIX siècle est l’époque des  voyageurs romantiques particulièrement passionnés par l’Andalousie, principalement des français et des anglo-saxons, et dont les écrits seront fondateurs d’une image exotique et fantasmée d’Espagne.