Sélectionner une page

Les plantes herbacées peuvent envahir les cultures et être nocives pour les agriculteurs… Mais avons-nous une connaissance approfondie et mondiale des impacts de ces « mauvaises herbes » ? La réponse – qui semble intuitive – d’éradication promue par l’agro-industrie est-elle si bénéfique ? … Les pesticides, les engrais chimiques de synthèse, l’essence pour les machines ont un coût économique très élevé… sans parler de l’impact écologique exorbitant. Nous pensons que l’avenir de l’agriculture est écologique, plus technique et moins dépendant du pétrole.

La ferme expérimentale Encín, dédiée à l’agriculture biologique depuis 2000.

ECOSECANO est le projet qui promeut l’agriculture biologique dans les cultures herbacées des zones non irriguées de la communauté de Madrid de la Recherche Agronomique | Communauté de Madrid et basé à Finca del Encín, près d’Álcala de Henares. L’ECOSECANO LAB rassemble des scientifiques et des agriculteurs pour rechercher des techniques agricoles écologiques.

Au printemps 2022, j’ai participé avec assistance technique à la « Gestion agroécologique des mauvaises herbes dans les cultures herbacées des zones arides de la Communauté de Madrid. 

Laboratoire de malherbologie de l’Institut de recherche et de développement rural, agraire et alimentaire de Madrid (IMIDRA), siège du ECOSECANO Lab.

En 2022, une enquête très intéressante a été lancée depuis plusieurs années qui étudie le rôle des plantes adventives dans des parcelles de culture avec une rotation pluriannuelle alternant blé et pois chiche. Une expérimentation a été lancée sur une centaine de parcelles d’une centaine de m2 permettant de mesurer l‘effet de différents modes de culture sur la communauté des adventices et des plantes cultivées.

Début avril. La rotation du blé et des pois chiches est un modèle d’agriculture traditionnelle espagnole en zone non irriguée, reproduit avec une centaine de mini-parcelles expérimentales.

L’Œil du Faisan (Adonis aestivalis) est une plante mésicole, associée aux cultures herbacées, notamment les céréales.

Échantillonnage de plantes adventives par la méthode des quadrats, ici dans une bande herbacée témoin non cultivée.

L’aspérule, Asperugo procumbems, seule espèce de son genre et donc très facile à reconnaître. Boragenacées villeuses typiques, rugueuses et à fleurs bleues. Le calice est remarquable, grandissant longtemps après la floraison et divisé en cinq lobes.

Début mai. La végétation adventive la plus précoce commence à jaunir et les coquelicots signalent la fin du printemps.

En laboratoire, mesure et pesée des plantes (adventices et blé) récoltées.

La surface des feuilles est mesurée par analyse photographique. Ce procédé donne lieu à de belles compositions éphémères, ici de feuilles du coquelicot (Papaver rhoeas).

Autre mésicole, le coquelicot hybride (Papaver hybridum) avec son bouton floral poilu et ses pétales pourpres.