Sélectionner une page

L’agriculture est sans aucun doute le secteur ayant le plus grand impact sur  l’environnement à grande échelle, en particulier les territoires qui nous entourent en Europe. C’est pour cette raison que l’Union européenne lance un programme visant à surveiller la biodiversité dans les agro-écosystèmes : il s’agit du programme EMBAL.

agro-écosystème traditionnel dans la Sierra de María (Almería), une image très espagnole…

EMBAL, European Monitoring of Biodiversity in Agricultural Landscapes, a été lancé en tant que programme pilote vers 2015 et développé depuis lors par le cabinet de conseil environnemental allemand EFTAS. En 2022, se lance une campagne à grande échelle, couvrant l’ensemble de l’Union européenne, avec une prévision de plus de 3 000 localités visitées.

Le bleuet déprimé (Centaurea depressa) est une plante mésicole typique des hauts plateaux de Grenade.

J’ai participé en tant qu’agent de terrain à cette saison 2022 avec le suivi de la zone ES12et 23 parcelles réparties dans les provinces de Jaén, Grenade et Almería.

Un ‘plot’, carré de 500 mètres de chaque côté du programme EMBAL. Un protocole de terrain passe en revue chaque parcelle du plot, chargé directement dans une APP sur le téléphone mobile.

L’échantillonnage consiste à inspecter l’occupation du sol dans chacune des parcelles du plot, et à réaliser quatre transects de végétation pour évaluer la qualité du couvert végétal et la diversité des plantes à fleurs. Les rapports sont remplis sur le terrain avec une APP. Fin mai, en Andalousie, les agriculteurs labourent les oliveraies et les champs d’amandiers, et la végétation herbacée est déjà passée dans le sud-est de la péninsule ibérique. Après une campagne intensive, il reste du travail de bureau pour mettre à jour les couches géographiques avec QGIS.

Ce qui a le plus retenu mon attention dans cette campagne d’échantillonnage dans le sud de l’Espagne, c’est la très forte progression de la culture des amandiers, soit par le défrichement de terrains à forte pente (avec toute l’érosion que cela implique), soit par la plantation d’arbres fruitiers sur des terres traditionnellement dédiées aux céréales (qui servent d’abri aux oiseaux steppiques).

Ces terres sont difficiles à cultiver et ont toujours été liées à de nombreuses difficultés. Nous comprenons que la campagne doit faire vivre dignement ses habitants. Mais cette évolution reste très inquiétante. L’impact du défrichement est particulièrement préoccupant. Et cela ne cesse de vous étonner de voir comment les amandiers peuvent pousser en l’absence totale de terre.

Le sud-est ibérique devient un immense champ d’oliviers et d’amandiers à l’intérieur, tandis que les serres continuent de progresser sur la côte. Bref, de moins en moins de nature et de zones non intensifiées.

J’ai eu l’occasion de générer des observations d’intérêt dans des zones rarement visitées par les naturalistes et également de participer à la Grande Semaine de la Biodiversité 2022 (Gran Semana de la Biodiversidad 2022).

Astragale Granévalo (Astragalus clusianus).

Une paire d’Ascalaphes ictérines (Libelloides ictericus).

J’ai eu l’occasion de continuer à participer au programme EMBAL au cours de l’automne, en visitant les pays d’Europe centrale, une excellente opportunité de découvrir le monde rural de l’ex-Europe de l’Est, normalement peu visité et éloigné des centres touristiques.

Un véritable « road trip » de plus d’un mois, traversant toute la République tchèque et se poursuivant dans le sud de la Roumanie (Valachie, Transylvanie… deux régions presque mythiques pour un célèbre personnage historique devenu légende) . Il n’y a pas eu que des ballades au milieu de beaux paysages de montagne… même s’il y en a eu. Les visites habituelles  des champs de culture au milieu de plaines agricoles intensives.

Le récit de ces petites aventures serait trop long… même s’il y eut de nombreux moments de difficultés et de satisfaction. Oh, quel bon film un directeur de cinéma pourrait tirer de ces tranches de vie. Un « road movie » avec des rencontres sur la route, des gags difficiles à inventer, des paysages des plus variés, bien sûr le Danube, en passant par des coins absolument oubliés où les gens se déplacent en cariolle, des régions aux maisons d’époque communiste et leur touche particulière… Et tout ce qui peut vous arriver lorsque vous parcourez des milliers de kilomètres sur des routes secondaires et que vous ne parlez pas la langue nationale.