Sélectionner une page

Pour la deuxième année, j’ai participé au Programme EMBAL. Cette fois, j’ai eu la chance de visiter les pays de l’est de la Méditerranée. Même si, au départ, j’avais prévu de réserver du temps pour les libellules menacés… le programme de ce printemps était si serré que j’ai dû sauter d’avion en avion.

Ma participation à EMBAL en 2022 (Espagne, République tchèque et Roumanie) et 2023 (Chypre, Crète, Grèce continentale).

Visiter des pays étrangers pour le travail est toujours attrayant et exotique. Cette campagne EMBAL ne faisait pas exception avec de belles régions méditerranéennes. Mais parfois (la plupart ?), vous êtes tellement occupé que vous n’avez pas beaucoup de temps pour en profiter… Après tout, c’est un travail et nous devons être « au taquet »

Quoi qu’il en soit… atterrir à l’aéroport d’Héraklion depuis Larnaca (via Athènes), traverser deux fois la Crète, échantillonner des parcelles complexes et rejoindre Athènes en moins de 5 jours a été spécial… et sans aucune réservation. Je me sentais fier de pouvoir gérer ça, et un peu stupide de partir si vite.

Quoi qu’il en soit, merci à Eftas pour cette opportunité. Parcourir des milliers de kilomètres seul est toujours une révélation.

Fin avril… les champs étaient déjà moissonnés et secs à Chypre.

Les récoltes étaient déjà récoltées fin avril à Chypre … ce qui m’a surpris même venant d’Andalousie. Les transects de végétation étaient aussi pauvres que vous puissiez les imaginer… Cependant la nature complexe des parcelles chypriotes n’a pas facilité cet échantillonnage du tout.

Les parcelles EMBAL sont denses à Chypre, ce qui permet d’étudier une gamme complète de cultures typiquement méditerranéennes, des champs de blé, des vignes et des oliveraies… et des plantations plus exotiques comme la banane (un travail de terrain très agréable !) et la papaye.

Lors de ce voyage, j’ai particulièrement apprécié le mal-nommé Pistachier de l’Atlas  (Pistacia atlanticus), quelques oliviers vraiment immenses et le cri expressif et puissant de l’étonnant Francolin noir (Francolinus francolinus). Bien sûr, j’ai eu de petites aventures… le pire a été d’expliquer aux militaires ce que je faisais avec des jumelles et des cartes à côté de l’aéroport et de visiter le jour suivant un terrain en contrebas d’un camp militaire.

Curieusement, je suis retourné à Chypre en juin pour le congrès international d’odonatologie qui s’est tenu à Paphos… J’ai eu la chance de vraiment découvrir l’ouest de l’île. Trois espèces d’oiseaux endémiques, des libellules méconnues de Méditerranée occidentale, une herptofaune tout à fait originale. Il est très facile de voyager à Chypre… Je peux dire que c’est une destination parfaite pour un tour de faune et flore, avec une gastronomie attractive.

La Crète était encore plus sèche et fanée… mais le plus beau paysage apparaissait au sommet de l’île : la montagne Spathi (2148m).

Comme la route passait près de la mer, j’en ai profité pour prendre une photo de vacances typique (!)… Mais pas le temps d’y plonger les doigts de pied… Mon véritable coup de coeur en Crète fût ‘drakondia‘, l‘arum dragon (Dracunculus vulgaris) en pleine floraison à cette période de l’année. QUELLE fleur ! Pas particulièrement rare et immanquable sur le terrain. Je me souviens de ma première rencontre à l’ombre d’un olivier. Superbe.

Je me suis déplacé rapidement jusqu’au Péloponnèse… Mon emploi du temps était si serré que j’ai dû réelement courir sur le terrain pour finaliser les parcelles dans le temps imparti et conduire de longues distances. Dans l’ensemble, le voyage a été agréable et instructif… Croiser pour la première fois des toponymes tels que Sparte, Teba ou Nauplie est vraiment très spécial.

Les pâturages fleuris des montagnes du Péloponnèse à environ 1 000 mètres d’altitude sont absolument superbes.

Luckily, spring was wet in Greece in 2023 and exploring the countryside was very often pleasant. I was struck with the Mediterranean vegetation… Of course we know that it will have similarities… But actually living the experience is really emotional. Sometimes I felt I could be walking near home especially with the Cistus garrigues. Discovering Eastern Mediterranean vegetation coming from Spain is a blend of exotism and familiarity.

Heureusement, le printemps 2023 a été arrosé en Grèce et parcourir sa campagne a fut très souvent agréable. J’ai été frappé par la végétation méditerranéenne… Bien sûr, nous savons qu’elle est similaire dans tout le Bassin… Mais vivre cette expérience est vraiment émouvant. Parfois j’avais l’impression de me promener près de chez moi dans les garrigues de Cistes. Découvrir la végétation de la Méditerranée orientale venant d’Espagne est un mélange d’exotisme et de familiarité.

Végétation sèche à proximité d’Athènes

Les Grecs vivent de produits laitiers… Dans n’importe quel supermarché, vous pouvez voir de grands contenants de yaourt et une grande variété de fromages, bien sûr la Feta et bien d’autres encore. De nombreux moutons et chèvres paissent dans la campagne en entretenant le paysage… Allant de pair avec des chiens de garde (rarement seuls). Travailler sur le terrain, c’est fantastique… mais j’ai été attaqué 5 ou 6 fois par des chiens. Pas drôle. Et cela en dit long sur une région où il n’y a pas de loups.

J’étais tellement obsédé par l’idée de terminer l’enquête à temps que je l’ai fait un jour à l’avance (!). Et je pourrais enfin profiter d’une très belle promenade à Athènes.