Grands branchiopodes en Andalousie

Espèces élusives localement communes: une occasion de découvrir un groupe méconnu de crustacés.

12 anostracés (branchipes, artémies)

2 conchostracés

1 notostracé Triops (aggr. d’espèces cryptiques)

Mares temporaires méditerranéennes

Biologie extraordinaire

Inventaire des Branchiopodes en Andalousie

Les branchiopodes: arthropodes, c’est-à-dire invertébrés à exosquelette, dont les pattes abdominales servent de branchies pour respirer, et liés aux milieux aquatiques continentaux. Ils constituent la classe la plus primitive du grand groupe des crustacés, qui sont particulièrement diversifiés et abondants dans la mer alors que les insectes le sont sur les continents.

« Surprenant » est peut-être le meilleur qualificatif pour définir les branchiopodes, un groupe animal dont l’histoire naturelle est souvent une exception. Bien sûr, ils attirent l’attention du naturaliste à cause de leur rareté, mais aussi à cause de la curiosité d’espèces qui semblent survivre contre le bon sens.

Le groupe est divisé en quatre ordres. On trouve des espèces plus grosses, plus rares mais faciles à remarquer et informellement inventées de Grands Branchiopodes, avec les notostacés (littéralement “coquillages nageurs”), représentés par le genre Triops et d’apparence vraiment primitive, les conchostracés (“crustacés-palourdes”) protégé parn leur en forme de bivalve et les inoffensifs anostracés («sans coquille»). Pour compléter ce tableau, ajoutez l’ordre plus large des cladocères, ou puces d’eau, des organismes planctoniques microscopiques hautement modifiés au sein de leur classe, pourvus d’une morphologie en forme de bivalves terminés en épine terminale.

Avec les amphibiens et diverses fougères atypiques (Marsilea, Isoetes), les Grands Branchiopodes sont les véritables spécialistes des mares et lagunes temporaires méditerranéenes. Cet habitat, plus abondant dans les régions arides, est fortement menacé par les changements d’occupation des sols et est actuellement considéré comme une priorité.

Avec une quinzaine d’espèces détectées, l’Andalousie représente un hotspot de diversité pour le groupe en Europe. Le Branchipe d’Andalousie (Linderiella baetica) est de loin l’espèce la plus rare et menacée, connue d’une seule localité périurbaine et se développant dans des conditions hydrologiques spécifiques de faible minéralisation. D’autres espèces notables sont le Conchostracé des Ibères (Cyzicus grubei), le Conchostracé mauresque (Maghrebestheria maroccana), l’aggrégat d’espèces cryptiques de Triops méditerranéens (Triops mauritanicus aggr.) et le Branchipe ibérique (Branchippus cortesi). Mentionnons également les artémies  (Artemia spp) bien connues du public et limitées aux salines et lagunes salées.

Grands branchiopodes en Andalousie: Triops mauritanicus agg.

Grands branchiopodes en Andalousie: Triops mauritanicus agg.

Le Triops des Maures (Triops mauritanicus)

Nous sommes passionnés par les mares temporaires méditerranéennes et avons réalisé de multiples inventaires de grands branchiopodes en Andalousie.

Dynamique des mares temporaires

Nous contemplons un écosystème miniature où une succession écologique observable se développe à l’échelle des jours. Ce dynamisme extraordinaire et l’effet du hasard transforment les zones humides d’Andalousie en environnements passionnants pour l’observateur de la nature.

L'anostracé Branchipus schaefferi (Branchiopoda Anostraca)

Branchipe des flaques (Branchipus schaefferi): .

Grands branquiopodes (Branchiopoda)

Combien de temps les œufs peuvent-ils durer dans le substrat?

Quelle est la préférence des espèces en fonction de la profondeur de la colonne d’eau et de la salinité?

Pourquoi y a-t-il une coloration particulièrement vive sur l’abdomen des femelles?

Étape 1: Après des pluies prolongées tout au long de l’automne et de l’hiver, les dépressions terrestres endoréiques, c’est-à-dire celles qui ne se déversent pas dans les cours d’eau, sont chargées en eau. En fonction de la taille du bassin versant, des étangs et même des lagunes se forment sur des terrains vagues caractérisés par une végétation terrestre souvent clairsemée, et où la banque de graines de plantes et d’œufs de branchiopodes passe inaperçue.

Étape 2: Ces habitats ne sont guère plus que des masses d’eau peu minéralisée, qui se refroidissent pendant la nuit et sont dépourvues de végétation. Après quelques jours, les œufs éclosent et les premiers branchiopodes colonisent massivement l’étang, se nourrissant d’algues et de débris organiques. Enfin, les premiers insectes ailés et amphibiens colonisent les étangs et entament un cycle de reproduction.

Étape 3: Très variable en fonction de facteurs tels que le volume de la masse d’eau, les conditions physico-chimiques et le régime de précipitations de l’année. Des branchiopodes typiques d’eau profonde et salins se développent plus tard. Les femelles matures pondent des œufs qui se déposent au fond et nécessitent une période d’assèchement pour éclore. Dans les mares peu profondes, l’eau se réchauffe, sans se refroidir autant durant la nuit. Une véritable explosion de vie remplit les étangs d’organismes: les plantes aquatiques ont poussé vigoureusement, une nouvelle génération de larves d’insectes prédateurs et de têtards est devenue abondante et les oiseaux aquatiques visitent fréquemment les zones humides pour se nourrir. En particulier, les ardéidés (cigognes, aigrettes ou hérons) profitent de la nourriture abondante, des amphibiens et peut-être des Triops. Pendant ce temps, les grands branchiopodes se font de plus en plus rares, étant prédatés ou ne supportant pas les températures maximales de l’eau.

Étape 4: La mare a passé son apogée et commence à se dessécher très sensiblement. Les branchiopodes sont devenus très rares, bien que les individus isolés atteignent une taille considérable. Les insectes aquatiques et les amphibiens se sont métamorphosés en grand nombre, les plantes ont achevé leur cycle de vie. De nouvelles pluies pourraient ramener l’étape précédente, mais la fin d’une saison est déjà perceptible.

Étape 5: la mare est asséchée, dans un premier temps l’humidité favorise une végétation herbacée dense, au moins dans les sols non salés. Rapidement, l’aridité gagne du terrain et le sol redevient aride et cache ses richesses … jusqu’aux prochaines pluies.

Combien d’espèces peuvent vivre dans la même mare?

Comment ces espèces colonisent-elles de nouveaux plans d’eau, par voie aérienne et terrestre?

Libélulas de Andalucía

Grands branchiopodes: Liste d’espèces présentes en Andalousie

Ordre

Famille

Espèce

Nom commun

Identification des adultes

Distribution principale

Habitat préféré

Rareté

Anostraca Artemiidae Artemia franciscana Artémie de San Francisco Délicate Exotique Hyper-salin Peu commun
Artemiidae Artemia parthenogenetica diploide Artemia Artémie diploide
Délicate Paléartique Hyper-salin Rare
Artemiidae Artemia parthenogenetica tetraploide Artémie tétraploide Délicate Paléartique Hyper-salin Rare
Artemiidae Artemia salina Artémie des salines Délicate Paléartique Hyper-salin Rare
Branchipodidae Branchipus cortesi Branchipe ibérique Facile Ibérique Mares superficielles Peu commun
Branchipodidae Branchipus schaefferi Branchipe des flaques Facile Paléartique Mares superficielles Commun
Branchipodidae Tanymastix stagnalis Branchipe stagnal Evidente Paléartique Occidental
Mares superficielles Commun
Chirocephalidae Branchinectella media Branchipe méditerranéen Délicate Méditerranée, Asie centrale
Hyper-salin Rare
Chirocephalidae Chirocephalus diaphanus Branchipe diaphane Facile Paléartique Mares superficielles Très Commun
Linderiellidae Linderiella baetica Branchipe d’Andalousie Délicate Una mare à Cadix Mares superficielles Très Rare (CR)
Streptocephalidae Streptocephalus torvicornis Branchipe à pinces Evidente Paléartique Mares profondes Rare
Thamnocephalidae Phallocryptus spinosa Branchipe épineux Facile Circum-méditerranéen Hyper-salin Rare
Notostraca Triopidae Triops mauritanicus aggr. Triops méditerranéen agg. Evidente / Dificille Ibéro-maghrébin Mares superficielles Commun
Spinicaudata Cyzidae Cyzicus grubei Conchostracé des Ibères Délicate Ibéro-balear Mares superficielles Rare
Leptestheriidae Maghrebestheria maroccana Conchostracé mauresque Délicate Ibéro-maghrébin Mares superficielles Très Rare

 

Notas

1: Publicación de referencia:

IUCN: Riesgo de extinción, teniendo en cuenta los Libros Rojos de Andalucía (criterios regionales de la UICN), España (criterios nacionales de la UICN) y la Lista Roja UICN (análisis global). LR: Lower Risk. NT: Near Threathened. VU: Vulnerable. EN: Endangered. EX: Extinct.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *