Sélectionner une page

[Espagnol] La Nutria en Córdoba, situación tras el IV sondeo nacional

PDF

Arvícola, 2017, 8: 53-69.

Résumé: L’étude décrit l’évolution des populations de loutres dans la province de Córdoba sur la base des rares sources historiques disponibles et des enquêtes nationales Loutre organisées tous les 10 ans depuis 1984. Les données de la quatrième nationale – période 2014-2015 montrent les meilleurs résultats à ce jour, avec 92,5 des carrés UTM 10×10 échantillonnés positifs, c’est à dire avec détection de l’espèce. La situation est analysée par canton. On peut ainsi affirmer que  la loutre est aujourd’hui une espèce commune dans la province de Cordoue, en particulier dans la Sierra Morena, qui constitue son bastion historique, et le fleuve Guadalquivir, colonisé depuis les années 90. Une colonisation des rivières de La Campiña et de Las Subbéticas s’est opérée au cours des deux dernières décennies.
Otter (Lutra lutra), a mammal in Andalusia. Photo: Enrique Calzado Rivillas.

La loutre (Lutra lutra), un mamifère des plus attractifs de toute l’Europe.

RÉCUPÉRATION DE LA LOUTRE A CORDOUE

La figure 1 représente les résultats de la IV enquête nationale sur la loutre dans la province de Cordoue réalisée au cours de la période 2014-2015 (blanc: localité positive ; rouge: localité non positive). Au total, 147 grilles ont été échantillonnées, dont 136 étaient positives (92,5%).
La loutre apparaît dans la province comme une espèce commune au XIXe siècle, en particulier dans les ruisseaux de la Sierra et du Guadalquivir (Ramírez de las Casas-Deza, 1867; Martínez et Reguera, 1881). Les informations disponibles sont insuffisantes pour décrire la répartition du mustélidé à la fin du XXe siècle.

Figure 1: Résultats de la IV enquête nationale Loutre dans la province de Cordoue réalisée au cours de la période 2014-2015 (BLANC: localité positive ; ROUGE: localité non positive).

RESULTATS PAR CANTON

Sierra Morena, Alto Guadiato, Los Pedroches

En 2014-15, le panorama est similaire à celui de l’enquête précédente, la loutre étant présente dans toute la zone. Les grilles apparaissent positives sans échantillonnage laborieux. L’analyse conjointe de la situation permet d’affirmer avec une forte probabilité que les quelques carrés négatifs ou non visités abritent l’espèce.

Rivière Guadalquivir

En 2004-06, la III enquête nationale a révélé l’utilisation de l’ensemble du fleuve Guadalquivir comme habitat par les mustélidés. Pendant cette période, les observations directes de loutres sont devenues de plus en plus fréquentes dans la ville (Hermoso de Mendoza & Prunier, 2011). En 2014-2015, la situation est similaire à celle de la période précédente.

La Campiña

En 2014-2015, l’espèce a colonisé les affluents mineurs du Genil et du Guadajoz et la lagune de Zoñar où elle n’était pas présent dans la période 2004-06. De nombreux indices ont démontré la présence consolidée de l’espèce lors de cette enquête IV. La nature temporaire et la dégradation des cours d’eau de La Campiña limitent la présence de l’espèce et de ses principales cours d’eau.

La Subbética

En 2014-2015, l’espèce a été détectée dans une grande partie des cours d’eau de la région, sauf sur les ruisseaux salins, nombreux dans cette région, et lieux peu propices à la présence des loutres et de leurs proies potentielles.

RECOLONISATION DE LA PENINSULE IBERIQUE

Les raisons de la recolonisation de la péninsule ibérique par les loutres – et d’autres régions d’Europe – ne sont pas connues avec précision (López-Martín & Jiménez, 2008), bien que la disponibilité d’une proie abondante et facile à attraper comme l’écrevisse de Louisiane (Procambarus clarkii) ai joué un rôle important.
La loutre est un prédateur généraliste, avec une certaine préférence pour les poissons. Dans cette dernière enquête une très grande abondance d’écrevisse de Louisiane a été observée dans le régime alimentaire coïncidant avec l’étude de Clavero et coll. (2008).
L’écrevisse est ainsi l’aliment par excellence de la loutre dans les rivières où les poissons sont rares. Lorsque la contamination dépasse les limites de tolérance de l’écrevisse, la loutre disparaît.
Otter (Lutra lutra), a mammal in Andalusia. Photo: Enrique Calzado Rivillas.

Couple discret d’Onychogomphus costae se reproduisant dans la végétation sèche, à environ 500 mètres de distance de la rivière Guadajoz.

CONCLUSION

Les loutres sont des animaux très attractifs à observer et à étudier. Nous avons la chance d’avoir une population facilement visible dans la ville de Cordoue. C’est une espèce charismatique qui peut servir à promouvoir l’éducation environnementale et à sensibiliser à l’état de conservation des rivières, généralement très déficient en Andalousie.

Il est à noter que l’intensification agricole continue son cours en Andalousie, que les rivières andalouses sont presque toutes transformées et que les populations de poissons indigènes sont très sérieusement menacées. Par conséquent, le rétablissement de la population de loutres est une excellente nouvelle mais ne peut masquer les problèmes existants.

PLUS D'INFORMATIONS SUR LE WEB

Arvícola

Ficha Lutra lutra

La nutria, punto de encuentro