Parc Naturel Los Alcornocales

CADIX et MALAGA – La grande forêt des chênes liège: une île verte et humide dans l’aride Andalousie.

Hyla meridionalis Andalousie
phylloscopus bonelli Cádiz
davallia canariensis Los Alcornocales
Circaetus gallicus Málaga

Forêt de chênes lièges

Rivière sauvage

Climat subtropical

Laurisylve et ‘canutos’

Châteaux médiévaux

Los Alcornocales, l’une des plus grandes zones naturelles protégées d’Espagne, avec 167 000 ha (1 670 km²), s’étend dans le canton Campo de Gibraltar, au nord d’Algésiras et du parc naturel détroit de Gibraltar, au sud de la Sierra de Grazalema et à l’ouest de Cortés de La Frontera (Malaga). 400 000 habitants répartis sur 18 communes vivent en périphérie de cet immense territoire non urbanisé. Principale infrastructure humaine, l’autoroute entre Los Barrios et Jérez sépare les moyennes montagnes au nord (Sierra del Aljibe, culminant à 1 092 mètres, et Sierra del Picacho) des collines et coteaux littoraux au sud.

Le nom du parc signifie littéralement « les suberaies », c’est à dire la grande forêt de chênes lièges (Quercus suber), espèce méditerranéenne calcifuge très largement favorisée par le climat et la roche dominante de grès (du sable compacté et cimenté par diagenèse). C’est dire si cet arbre impose son empreinte au paysage et aux traditions locales. Notons Cortés de La Frontera, capitale traditionnelle du liège et une petite ville en déclin dont on peut visiter l’écomusée. La couleur des troncs étonne immédiatement le visiteur et ne lasse pas. En effet, la récolte du liège révèle la partie interne de l’arbre d’un rouge brique ou orangé très élégant.

Castillo de Jimena de La Frontera, parc naturel Los Alcornocales

Le château de Jimena monte la garde sur les trésors de la grande forêt du parc naturel Los Alcornocales.

Quercus suber, chêne liège, rouge, écorçage

Le pouvoir évocateur des chênes-lièges récemment écorcés.

Rhododendron ponticum, canutos

La fraîcheur incarnée des rhododendrons bétiques (R. ponticum) entre les fougères: des feuilles brillantes et de grandes fleurs attrayantes.

rivière sauvaje, rivière Hozgarganta

La rivière Hozgarganta, ultime frontière de la faune sauvage dans les rivières du sud de l’Espagne.

La région baigne dans un climat méditerranéen atlantique avec une influence marine très prononcée près de la côte, où le phénomène de « barbas del Levante » cause des pluies horizontales et des conditions d’humidité similaires à un climat subtropical. Dans les ruisseaux, appelés «canutos», par exemple Río de La Miel, se développe une végétation exubérante de laurisylve, avec des lauriers nobles (Laurus nobilis), des rhododendrons bétiques (Rhododendron ponticum ssp. baeticum), des aulnes glutineux (Alnus glutinosa) et des fougères rares. Et pourtant, tout près, on trouve des matorrals méditerranéens arides et sur les hauteurs, la roche nue, des sols pauvres et des landes de bruyères méditerranéennes. Au-dessus, deux fois par an, les rapaces migrateurs passent en grand nombre. 

La rivière Hozgarganta près de Jimena de la Frontera, restée sauvage, offre un habitat d’exception pour les libellules menacées comme la cordulie splendide (Macromia splendens). On peut aussi y trouver le spectaculaire papillon monarche (Danaus plexippus). 

Finalement citons la grotte El Tajo de las Figuras, près de Benalup, datant de l’époque Néolithique, célèbre pour ses représentations d’art rupestre (« Arte sureño »), oiseaux, mammifères et figures anthropomorphes.

Nous organisons des circuits de vacances en pleine nature pour profiter de Los Alcornocales.

Note. L’action conjuguée du changement climatique, d’une pression trop dense de grands herbivores et de pathogènes provoque un grave problème de mortalité et de dégénérescence des chênes lièges, appelé « la seca» qui menace fortement la forêt à long terme.

Pour découvrir cette immense forêt, plus d’une vingtaine de sentiers ont été habilités par le gouvernement régional, mais ils sont éloignés les uns des autres et assez variables en longueur et difficulté. Pour les amoureux du trekking, notez que les étapes du GR7 sont de longueurs inégales entre Tarifa à Montejaque (150 km).

Parc Naturel Los Alcornocales

CADIX et MALAGA

Los Alcornocales, l’une des plus grandes zones naturelles protégées d’Espagne, avec 167 000 ha (1 670 km²), s’étend dans le canton Campo de Gibraltar, au nord d’Algésiras et du parc naturel détroit de Gibraltar, au sud de la Sierra de Grazalema et à l’ouest de Cortés de La Frontera (Malaga). 400 000 habitants répartis sur 18 communes vivent en périphérie de cet immense territoire non urbanisé. Principale infrastructure humaine, l’autoroute entre Los Barrios et Jérez sépare les moyennes montagnes au nord (Sierra del Aljibe, culminant à 1 092 mètres, et Sierra del Picacho) des collines et coteaux littoraux au sud.

Le nom du parc signifie littéralement « les suberaies », c’est à dire la grande forêt de chênes lièges (Quercus suber), espèce méditerranéenne calcifuge très largement favorisée par le climat et la roche dominante de grès (du sable compacté et cimenté par diagenèse). C’est dire si cet arbre impose son empreinte au paysage et aux traditions locales. Notons Cortés de La Frontera, capitale traditionnelle du liège et une petite ville en déclin dont on peut visiter l’écomusée. La couleur des troncs étonne immédiatement le visiteur et ne lasse pas. En effet, la récolte du liège révèle la partie interne de l’arbre d’un rouge orange très élégant.

Rhododendron ponticum, canutos

La région baigne dans un climat méditerranéen atlantique avec une influence marine très prononcée près de la côte, où le phénomène de « barbas del Levante » cause des pluies horizontales et des conditions d’humidité similaires à un climat subtropical. Dans les ruisseaux, appelés «canutos», par exemple Río de La Miel, se développe une végétation exubérante de laurisylve, avec des lauriers nobles (Laurus nobilis), des rhododendrons bétiques (Rhododendron ponticum ssp. baeticum), des aulnes glutineux (Alnus glutinosa) et des fougères rares. Et pourtant, tout près, on trouve des matorrals méditerranéens arides et sur les hauteurs, la roche nue, des sols pauvres et des landes de bruyères méditerranéennes. Au-dessus, deux fois par an, les rapaces migrateurs passent en grand nombre. 

La rivière Hozgarganta près de Jimena de la Frontera, restée sauvage, offre un habitat d’exception pour les libellules menacées comme la cordulie splendide (Macromia splendens). On peut aussi y trouver le spectaculaire papillon monarche (Danaus plexippus). 

Finalement citons la grotte El Tajo de las Figuras, près de Benalup, datant de l’époque Néolithique, célèbre pour ses représentations d’art rupestre (« Arte sureño »), oiseaux, mammifères et figures anthropomorphes.

Nous organisons des circuits de vacances en pleine nature pour profiter de Los Alcornocales.