Estuaire du Guadalhorce, site naturel classé

MALAGA – Meilleur spot d’observation ornitho littoral en Andalousie… et peut-être dans toute l’Espagne.

Zone humide littorale

Oiseaux d’eau

Érismature à tête blanche

Libellules (odonates)

Plage naturelle

L’estuaire du Guadalhorce, abrégé en « Guada » par les « ornithos » locaux, est la zone humide la plus importante de la province de Málaga avec la lagune de Fuente de Piedra. C’est certainement le meilleur spot d’observation de l’avifaune (page ebird) sur la Costa del Sol sinon de toute l’Andalousie Orientale. C’est dire sa réputation et son attrait. Le Guada se localise à l’ouest de la ville de Málaga et à deux pas de l’aéroport (accès possible en bus : ligne 5, arrêt 1013 C/ Manuel Curros Enríquez). 

Ce site naturel classé (« paraje natural ») est une île fluviale de 120 ha, autrefois utilisée comme exploitation agricole (Finca La Isla), et constituée aujourd’hui par un complexe d’anciennes gravières abandonnées et par un bras mort du fleuve, réminiscence des anciens marécages présents sur l’estuaire progressivement asséchés. Ce curieux mélange d’anciens terrains agricoles et de milieux aquatiques, moitié naturel et moitié artificiel, comporte cinq lagunes d’eaux permanentes, des mares temporaires, deux bras de la rivière et le littoral donnant sur la plage naturelle du site classé. 

La situation géographique et les habitats disponibles n’ont pas fait fuir les oiseaux, bien au contraire, puisque l’estuaire est devenu une authentique île écologique sur une côte très urbanisée. Plus de 300 espèces d’oiseaux ont été recensées sur le site avec certaines journées pointant à 80 espèces ! Un véritable festival de plumes et de chants. On comprend pourquoi la communauté naturaliste de Málaga est devenue l’une des plus actives de la région.

Estuaire guadalhorce, Guada, Málaga, cormorans, birwatching

Proche de la ville de Málaga, cette zone humide est l’une des plus atractives pour l’observation de l’avifaune de toute l’Andalousie.

Rio Viejo, estuaire guadalhorce, Malaga, méandre

Facétie géographique: la ‘Vieille Rivière’, un ancien méandre du Guadalhorce, aujourd’hui une lagune littorale enchassée sur une île fluviale!

Erismature à tête blanche (Oxyura leucocephala). Photo: Bouke ten Cate.

Erismature à tête blanche (Oxyura leucocephala). Photo: Bouke ten Cate.

Estuaire du Guadalhorce, observatoire oiseaux marins

L’observatoire des oiseaux marins sur la digue Espigón del Brazo de Levante.

Comme toutes les autres zones humides d’Andalousie, l’intérêt ornithologique s’accroit avec l’hivernage et les migrations, la fin du printemps et l’été étant généralement les saisons moins intéressantes… encore que la présence sédentaire de l’érismature à tête blanche (Oxyura leucocephala) soit particulièrement attrayante. Notons des espèces reproductrices comme le blongios nain (Ixobrychus minutus), le héron bihoreau (Nycticorax nycticorax), l’échasse blanche (Himantopus himantopus) et le petit gravelot (Charadrius dubius), ainsi que les oiseaux d’eau  attirés par les lagunes : anatidés, hérons, laro-limicoles, foulques et talèves sultanes (Porphyrio porphyrio) et quelques passereaux spécialistes. On peut également facilement observer depuis la plage des oiseaux marins, surtout l’hiver : puffins des Baléares (Puffinus mauretanicus), grands labbes (Stercorarius skua), fous de Bassan (Morus bassanus), macreuses noires (Melanitta nigra). Quant au gravelot à cou interrompu (Charadrius alexandrinus), il se reproduit localement. 

Point d’attraction majeur pour les raretés, le Guada captive tout autant les ornithologues chevronnés comme les amateurs. 

Vous l’aurez compris, le Guadalhorce est un must à visiterN’oubliez pas votre télescope. Séjour découverte de la province de Malaga. Excursion à la journée.

Estuaire du Guadalhorce 

MALAGA 

 

L’estuaire du Guadalhorce, abrégé en « Guada » par les « ornithos » locaux, est la zone humide la plus importante de la province de Málaga avec la lagune de Fuente de Piedra. C’est certainement le meilleur spot d’observation de l’avifaune (page ebird) sur la Costa del Sol sinon de toute l’Andalousie Orientale. C’est dire sa réputation et son attrait. Le Guada se localise à l’ouest de la ville de Málaga et à deux pas de l’aéroport (accès possible en bus : ligne 5, arrêt 1013 C/ Manuel Curros Enríquez). 

Ce site naturel classé (« paraje natural ») est une île fluviale de 120 ha, autrefois utilisée comme exploitation agricole (Finca La Isla), et constituée aujourd’hui par un complexe d’anciennes gravières abandonnées et par un bras mort du fleuve, réminiscence des anciens marécages présents sur l’estuaire progressivement asséchés. Ce curieux mélange d’anciens terrains agricoles et de milieux aquatiques, moitié naturel et moitié artificiel, comporte cinq lagunes d’eaux permanentes, des mares temporaires, deux bras de la rivière et le littoral donnant sur la plage naturelle du site classé. 

La situation géographique et les habitats disponibles n’ont pas fait fuir les oiseaux, bien au contraire, puisque l’estuaire est devenu une authentique île écologique sur une côte très urbanisée. Plus de 300 espèces d’oiseaux ont été recensées sur le site avec certaines journées pointant à 80 espèces ! Un véritable festival de plumes et de chants. On comprend pourquoi la communauté naturaliste de Málaga est devenue l’une des plus actives de la région.

Comme toutes les autres zones humides d’Andalousie, l’intérêt ornithologique s’accroit avec l’hivernage et les migrations, la fin du printemps et l’été étant généralement les saisons moins intéressantes… encore que la présence sédentaire de l’érismature à tête blanche (Oxyura leucocephala) soit particulièrement attrayante. Notons des espèces reproductrices comme le blongios nain (Ixobrychus minutus), le héron bihoreau (Nycticorax nycticorax), l’échasse blanche (Himantopus himantopus) et le petit gravelot (Charadrius dubius), ainsi que les oiseaux d’eau  attirés par les lagunes : anatidés, hérons, laro-limicoles, foulques et talèves sultanes (Porphyrio porphyrio) et quelques passereaux spécialistes. On peut également facilement observer depuis la plage des oiseaux marins, surtout l’hiver : puffins des Baléares (Puffinus mauretanicus), grands labbes (Stercorarius skua), fous de Bassan (Morus bassanus), macreuses noires (Melanitta nigra). Quant au gravelot à cou interrompu (Charadrius alexandrinus), il se reproduit localement. 

Point d’attraction majeur pour les raretés, le Guada captive tout autant les ornithologues chevronnés comme les amateurs.

Vous l’aurez compris, le Guadalhorce est un must à visiterN’oubliez pas votre télescope. Séjour découverte de la province de Malaga. Excursion à la journée.

PLUS D'INFOS SUR LE WEB

Circuit ornitho (carte)

Liste d’espèces actualisée