Les oiseaux des marais en Andalousie

S’il y a un groupe animal qui offre le plus grand plaisir aux observateurs de nature, tant à l’amateur qu’au néophyte, c’est bien le spectacle des oiseaux inféodés aux zones humides.

Une quirielle d’espèces cohabitent et s’alimentent frénétiquement sur les plans d’eau et dans les marais ; ou tout au contraire, trouvent refuge et se reposent dans la plus grande tranquilité en attendant de reprendre leurs migrations. Tout un spectacle et une leçon de vie.

Zones humides d’intérêt international

L’Inventaire des zones humides d’Andalousie (IHA) compte 244 espaces naturels protégés, principalement localisés sur le littoral occidental de la région. Les 7 zones humides les plus importantes abritent 90% des effectifs d’oiseaux des marais.

Comme nous l’avons déjà évoqué, Doñana est la zone humide la plus prestigieuse d’Espagne car les marais du Bas Guadalquivir (parc national de Doñana) et ses lagunes périphériques (notamment Dehesa Abajo, Brazo del Este) offrent un refuge pour des centaines de milliers d’oiseaux aquatiques tout au long de l’année.

Top 7 des zones humides d’Andalousie pour l’avifaune aquatique : Doñana, Marais de l’Odiel, Baie de Cadix, Fuente de Piedra, Salines del Cerillo, La Janda, Desembocadura del Guadalorce.

Oiseaux d’eau / oiseaux des marais

Une cinquantaine d’espèces sont résidentes et visibles toute l’année à Doñana, et dont les effectifs sont très souvent fortement renforcés pendant la période hivernale.

Ces espèces sont accompagnées d’une quarantaine d’espèces seulement présentes pendant la période hivernale. Doñana se convertit ainsi comme l’un des plus importants « quartier d’hiver » en Europe avec plus de 600 000 oiseaux d’eau et de marais, surtout des canards (40%) et des limicoles (25%).

Ce panorama est completé par cinq espèces strictement estivales et quatre espèces de passage, seulement visibles brièvement pendant la phase migratoire.

Bien sûr, tous les ans, des espèces divagantes et très rares pour ce territoire sont observées par les ornithologues.

Guide français visuel

Nous avons déja publié une liste des oiseaux d’Andalousie (espèces non divagantes), bien pratique pour les ornithologues qui connaissent déjà leurs espèces.

Ci-dessous, nous vous proposons un guide illustré de la centaine d’espèces d’oiseaux aquatiques présentes en Andalousie, représentant un tiers de l’avifaune de cette région.

Découverte

Doñana

guide français

Fuente de Piedra

 

Costa del Sol

Guide des oiseaux de Doñana et des zones humides d’Andalousie

Saisonalité

RÉSIDENTE: Présente toute l’année et repoductrice

HIVERNANTE: Saison hivernale (non reproductrice)

ESTIVALE: Présente pendant l’époque de reproduction

TRANS-MIGRANTE: De passage (non reproductrice)

Population estivale, quelques individus hivernants

Petite population résidente, très nombreux hivernants

Risques d’extinction (UICN)

CR – Danger critique

EN – En danger

VU – Vulnérable

NT – Presque menacée

Ardéidés d’Andalousie: hérons et cigognes

Les hérons et aigrettes sont des échassiers de grande taille à la silhouette longiligne, très long cou et bec aussi effilé que robuste : un véritable poignard qui permet aux hérons de chasser à l’affût des poissons, alternant des phases de grande immobilité avec des coups excessivement rapides. La cigogne blanche et le héron garde-boeuf, dont les dimensions du bec diffèrent, sont plus généralistes et s’alimentent en milieu terrestre jusque dans les décharges. Espèces généralement coloniales et sociales arboricoles, occupant des grands arbres de la ripisylve pour former des héronnières (« pajareras ») qui accueillent souvent plusieurs espèces (mixtes) : dortoirs communaux en hiver et colonies de reproduction très denses au printemps. Quant au butor étoilé et au blongios nain, ces  grands solitaires affectionnent les roselières. Il est intéressant de remarquer que les espèces les plus sensibles et spécialisées sont souvent migratrices.

Héron cendré

Héron cendré - Ardea cinerea

Héron pourpre

Héron pourpre - Ardea purpurea

Grande aigrette

Grande aigrette - Ardea alba

Aigrette garzette

Aigrette garzette - Egretta garzetta, héronnière

Héron garde-boeufs

Héron Garde-boeufs - Bubulcus ibis, pajareras

Héron bihoreau

Héron bihoreau - Nycticorax nycticorax, colonies mixtes

Héron crabier

Héron crabier - Ardeola ralloides

Blongios nain

Blongios nain - Ixobrychus minutus

Butor étoilé

Butor étoilé - Botaurus stellaris

Cigogne blanche

Cigogne Blanche Ciconia ciconia

Cigogne noire

Cigogne noire - Ciconia nigra, hivernante dans le sud de l'Espagne

Grands échassiers en espagne : spatules et ibis ; flamants ; Grues

Espèces remarquables emblématiques des zones humides de la péninsule ibérique, de très grandes tailles, grandes longevités et très faciles à reconnaître. La forme du bec indique leur alimentation : bec fouilleur spatulé des spatules, bec fouilleur allongé des ibis, bec filtreur des flamants et bec court, généraliste, des grues. Oiseaux coloniaux qui se déplacent souvent en grandes bandes et dont les sites de reproduction sont très sensibles au dérangement. Spatules blanches et ibis falcinelle rejoignent les héronnières arboricoles mixtes, les ibis ayant connu une extraordinaire expansion dans les marais du Bas Guadalquivir au cours des deux dernières décades. Les flamants roses ne se reproduisent qu’ocasionnellement à Doñana, la grande colonie espagnole étant localisé à Fuente de Piedras. Tout est extraordinaire chez cette espèce, notamment sa coloration spectaculaire. Les flamants forment des couples pour la vie, contruisent des nids de boue en forme de coupe surelevés au milieu d’un plan d’eau peu profond, pondent un seul oeuf par an, et élèvent les jeunes dans des crèches communales. Quant aux grues cendrées, elles ne passent que l’hiver en Andalousie, dormant les pieds dans l’eau, mais s’alimentant sur les zones terrestres.

Spatule blanche

Spatule blanche - Platalea leucorodia, Marais du Guadalquivi, Marismas del Odiel

Ibis falcinelle

Ibis falcinelle - Plegadis falcinellus, Espagne, Andalousie, Brazo del Este

Flamant rose

Flamant rose - Phoenicopterus roseus / Fuente de Piedra

Grue cendrée

Grue cendrée - Grus grus, dortoirs en Andalousie, Extremadura, Gallocanta

Poules d’eau, foulques et râles des marais de Doñana

Les rallidés sont emparentés avec les grues même si leur taille moyenne et courtes pattes les classent dans une famille à part. Ces espèces résidentes et solitaires affectionnent particulièrement la végétation émergente peri-lagunaire des marais de Doñana où elles se déplacent efficacement à l’aide de pattes dotés de très longs doigts. A la différence des râles et poules d’eau, les foulques possèdent des pattes palmées qui en font d’excellents nageurs. Les marouettes et râles sont extrêment discrets… au contraire de la splendide Talève sultane aux colorations de porphyre. Cette dernière est unique dans la faune européenne, arrachant d’un coup de bec puissant les jeunes pousses de phragmites, qu’elle manipule ensuite de ses long doigts (comme une authentique main). Avec les canards et oies, ce sont les seules espèces d’oiseaux des zones humides au régime alimentaire fondamentalement herbivore, circonstance qui facilite leur présence tout au long de l’année.

Poule d’eau

Gallinule poule d'eau - Gallinula chloropus

Foulque macroule

Foulque macroule - Fulica atra

Foulque caronculé

Foulque caronculé - Fulica cristata Doñana

Talève sultane

Talève sultane - Porphyrio porphyrio Andalousie

Râle d’eau

Râle d'eau - Rallus aquaticus, espèce de végétation émergente perilagunaire

Marouette ponctuée

Marouette ponctuée - Porzana porzana

Grèbes ; cormoran : inlassables plongeurs des lagunes

Ces oiseaux, dont la silhouette rapelle quelque peu celle des canards, affectionnent nager et plonger à longueur de journée sur les plans d’eau permanente. Espèces piscivores qui trouvent des proies tout au long de l’année. Les grèbes, de taille moyenne, sont solitaires alors que les cormorans, de grande taille, sont des oiseaux sociaux et coloniaux. Ils rejoignent souvent les héronnières pour se reposer, tout en restant quelque peu à distance du dortoir des ardéidés, et ont récemment commencer à se reproduire dans le sud de l’Espagne ; leurs effectifs augmentent considérablement pendant hiver.

Grèbe castagneux

Grèbe castagneux - Tachybaptus ruficollis

Grèbe huppé

Grèbe huppé - Podiceps cristatus

Grèbe à cou noir

Grèbe à cou noir - Podiceps nigricollis

Grand cormoran

Grand cormoran - Phalacrocorax carbo

Oies et canards des zones humides méditerranéennes

Les canards sont les oiseaux d’eau par excellence qui passent de nombreuses heures au milieu des lagunes pour se protéger des prédateurs et ainsi se reposer ou bien s’alimenter. De nombreuses espèces sont migratrices et en général comptent d’importants effectifs qui hivernent dans les grandes zones humides non gelées du sud de l’Europe. Doñana est célèbre pour son quartier d’hiver d’oies cendrées qui accueillait la quasi-totalité de la population européenne jusque dans les années 80. Les espèces résidentes sur le bassin méditerrannéns et l’Andalousie sont généralement menacées et comptent des populations très faibles : comme tous les nicheurs, elles sont sensibles à la destruction des habitats et à la prédation. Les canards mâles sont le plus souvent très colorés alors que les femelles possèdent un plumage discret et cryptique. Comme les couples se formant en hiver, il est fréquent d’observer les deux sexes ensemble par paires, ou encore des mâles insistants à la recherche d’une partenaire. Les oies broutent les prairies qui jouxtent les lagunes, alors que de nombreux canards prennent une posture de bouchon de pêche pour filtrer l’eau et les sédiments. Les espèces plus menacées sont généralement des canards plongeurs qui recherchent la végétation aquatique croissant dans la colonne d’eau ou au fond de la lagune.

Oie cendrée

Oie cendrée - Anser anser, quartier d'hiver historique à Doñana

Canard col-vert

Canard Col-vert - Anas platyrhynchos

Canard souchet

Canard souchet - Anas clypeata, anatidé le plus commun à Doñana en hiver

Canard pilet

Canard pilet - Anas acuta

Sarcelle d’hiver

Sarcelle d'hiver - Anas crecca

Canard siffleur

Canard siffleur - Anas penelope

Canard chipeau

Canard chipeau - Mareca strepera

Fuligule milouin

Fuligule milouin - Aythya ferina

Nette rousse

Nette rousse - Netta rufina, résidente méditerranéenne la plus commune

Tadorne de Belon

Tadorne de Belon - Tadorna tadorna

Fuligule morillon

Fuligule morillon - Aythya fuligula

Sarcelle d’été

Sarcelle d'été - Anas querquedula, canard migrateur

Érismature à tête blanche

Érismature à tête blanche - Oxyura leucocephala, zones humides méditerranéennes

Sarcelle marbrée

Sarcelle marbrée - Marmaronetta angustirostris, résidente à Doñana

Fuligule nyroca

Fuligule nyroca - Aythya nyroca, nicheur en Andalousie

Limicoles de Doñana : 28 petits échassiers fréquents dans les vasières

Les limicoles forment un grand groupe d’espèces assez homogènes qui s’alimentent de préférence sur les vasières et autres zones limoneuses. La plupart de ces espèces sont présentes pendant la période hivernale et/ou de migration entre les côtes ouest-africaines, où elles hivernent, et le grand nord de l’Europe de l’ouest, où elles se reproduisent. On peut distinguer des échassiers de plus grande taille (échasse, avocette, barges, courlis), de taille moyenne (chevaliers, vanneau, bécassines) et de petite taille (bécasseaus, gravelots). Comment de nombreuses espèces similaires coexistent elles et s’alimentent ensemble sur les vasières? … beau sujet qui illustre à merveille le concept de niche écologique. Il suffit d’observer la forme et la taille (longueur et épaisseur) des becs qui leur permettent d’accéder à des ressources alimentaires (vers de vase, bivalves) dans des strates différenciées de vase. Et voilà! Ces différences morphologiques nous aident également à identifier ces oiseaux sur le terrain. Il est important de forger l’oeil sur une espèce de référence (chevalier gambette pour les chavaliers, bécasseau variable pour les bécasseaux, etc.) qui permet de comparer avec les individus qui ne correspondent pas avec ce type. Les limicoles de Doñana résidents (échasses, avocettes, gravelots) et estivaux (glaréoles) ont tendance à former des petites colonies peu denses, pondant à même le sol sur des terrains surélevés formant des petites îles (« veta », « pacil », « isla ») au beau milieu des marais. 

Échasse blanche

Échasse blanche - Himantopus himantopus

Avocette élégante

Avocette élégante - Recurvirostra avosetta

Barge à queue noire

Barge à queue noire - Limosa limosa

Barge rousse

Barge rousse - Limosa lapponica

Courlis cendré

Courlis cendré - Numenius arquata

Courlis corlieu

Courlis corlieu - Numenius phaeopus

Chevalier gambette

Chevalier gambette - Tringa totanus

Chevalier arlequin

Chevalier arlequin - Tringa erythropus

Chevalier cul-blanc

Chevalier cul-blanc - Tringa ochropus

Chevalier sylvain

Chevalier sylvain - Tringa glareola

Chevalier aboyeur

Chevalier aboyeur - Tringa nebularia

Chevalier stagnatile

Chevalier stagnatile - Tringa stagnatilis

Chevalier combattant

Chevalier combattant - Calidris pugnax

Bécasseau variable

Bécasseau variable - Calidris alpina

Bécasseau minute

Bécasseau minute - Calidris minuta

Bécasseau cocorli

Bécasseau cocorli - Calidris ferruginea

Bécasseau maubèche

Bécasseau maubèche - Calidris canutus

Bécasseau de Temminck

Bécasseau de Temminck - Calidris temminckii

Vanneau huppé

VAnneau huppé - Vanellus vanellus

Chevalier guignette

Chevalier guignette - Actitis hypoleucos

Pluvier doré

Pluvier doré - Pluvialis apricaria

Grand gravelot

Grand gravelot - Charadrius hiaticula

Petit gravelot

Petit gravelot - Charadrius dubius

Gravelot à collier interrompu

Gravelot à collier interrompu - Charadrius alexandrinus

Bécassine des marais

Bécassine des marais - Gallinago gallinago

Bécassine sourde

Bécassine sourde - Lymnocryptes minimus

Glaréole à collier

Glaréole à collier - Glareola pratincola

Guifettes, mouettes et goélands des lagunes litorales mediterranéennes

Si bien les mouettes et goélands sont le plus souvent des espèces littorales (sans en faire des oiseaux marins), il est très fréquent de les observer dans les marais littoraux, et les plus généralistes d’entre elles sont même capables de coloniser les lagunes à l’intérieur des terres ou de s’alimenter dans les décharges. Quant aux guifettes et sternes, elles sont plus inféodées aux zones humides d’eau douce. Espèces nichant à même le sol et présentes en nombre, formant des colonies souvent peu stables. À l’exception des espèces généralistes, ces oiseaux pratiquent un « affût en vol », suivi d’un piqué-plongé, et s’alimentent principalement des petits vertébrés de la colonne d’eau. Oiseaux à très grande mobilité : seuls la moutte rieuse et le goéland leucophée sont véritablement résidents, les autres espèces étant à part égale hivernales ou estivales, avec des effectifs très importants pendant les migrations.

Guifette moustac

Guifette moustac - Chlidonias hybrida

Guifette noire

Guifette noire - Chlidonias niger

Sterne hansel

Sterne hansel - Gelochelidon nilotica

Sterne caspienne

Sterne caspienne - Hydroprogne caspia, espèce hivernante dans les lagunes littorales

Sterne naine

Sterne naine - Sternula albifrons

Sterne pierregarin

Sterne pierregarin - Sterna hirundo

Mouette rieuse

Mouette rieuse - Chroicocephalus ridibundus

Goéland railleur

Goéland railleur - Chroicocephalus genei, reproducteur abondant dans les salines de Doñana

Goéland d’Audoin

Goéland d'Audoin - Ichthyaetus audouinii, plages

Mouette pygmée

Mouette pygmée - Hydrocoloeus minutus

Goéland brun

Goéland brun - Larus fuscus

Goéland leucophée

Goéland leucophée - Larus michahellis

Oiseaux des zones humides : Rapaces ; martin-pêcheurs et hirondelles

Groupe d’oiseaux hétéroclites et singuliers fréquentant les zones humides.

Balbuzard pêcheur

Balbuzard pêcheur - Pandion haliaetus

Busard des roseaux

Busard des roseaux - Circus aeruginosus

Hibou des marais

Hibou des marais - Asio flammeus

Martin-pêcheur

Martin-pêcheur d’Europe - Alcedo atthis

Hirondelle rustique

Hirondelle rustique - Hirundo rustica

Hirondelle de rivage

Hirondelle des rivages - Riparia riparia

Passereaux des zones humides d’Andalousie

Les passereaux des zones humides colonisent la végétation des ceintures péri-lagunaires. Celle-ci varie énormément en fonction de l’hygrométrie du sol, créant un gradient de structure de la végétation autour des lagunes, et favorisant ainsi la diversité de l’avifaune. ♦ Le gorgebleue, espèce la plus aquatique, inspectionne le sol gorgée d’eau entre la végétation émergente (plantes hélophytes). ♦ Les espèces palustres colonisent les patchs de végétation émergente (roseaux, scirpes) dont le sol est le plus fréquemment couvert d’eau. ♦ Des espèces des milieux ouverts plus ou moins humides (prairies) se concentrent souvent dans les zones humides ou leur périphérie (surtout en hiver), même si elles n’y sont pas strictement inféodées. ♦ Les espèces riveraines sont typiques des forêts galerie et coexistent avec des espèces forestières plus généralistes. Ce dernier groupe est également très présent dans la ripisylve des principales rivières de plaine. Les passereaux des roselières sont principalement insectivores, circonstance conditionnant la forme allongée de leur bec et leur présence estivale ou pendant la phase migratoire. Quant aux espèces résidentes et hivernantes, elles sont capables de rechercher leur aliments en fouillant le sol -qui ne gèle pas à ces latitudes- (pipits, bergeronettes), tout au moins pendant l’hiver (bouscarle, cisticole), ou sont granivores (bruant roseaux, rémiz).

Gorgebleue à miroir

Gorgebleue à miroir - Luscinia svecica

Rousserolle effarvatte

Rousserolle effarvatte - Acrocephalus scirpaceus

Rousserolle turdoïde

Rousserolle turdoïde - Acrocephalus arundinaceus

Phragmite des joncs

Phragmite des joncs - Acrocephalus schoenobaenus

Locustelle luscinioïde

Locustelle luscinioïde - Locustella luscinioides

Bruant des roseaux

Bruant des roseaux - Emberiza schoeniclus

Bergeronnette grise

Bergeronnette grise - Motacilla alba

Berg. printanière

Bergeronnette printanière - Motacilla flava

Berg. des ruisseaux

Bergeronnette des ruisseaux - Motacilla cinerea

Pipit farlouse

Pipit farlouse - Anthus pratensis

Pipit spioncelle

Pipit spioncelle - Anthus spinoleta

Pipit rousseline

Pipit rousseline - Anthus campestris

Cisticole des joncs

Cisticole des joncs - Cisticola juncidis

Bouscarle de Cetti

Bouscarle de Cetti - Cettia cetti

Rossignol philomèle

Rossignol philomèle - Luscinia megarhynchos

Rémiz penduline

Rémiz penduline - Remiz pendulinus

Hypolaïs obscure

Hypolaïs obscure - Iduna opaca

Oiseaux littoraux

Espèces inféodées à la zone littorale, sans être pour autant des oiseaux marins pélagiques ou des oiseaux des marais. Ajoût à cette liste puisque les zones humides les plus importantes d’Andalousie sont littorales. Il sera également aisé d’observer les mouettes et goélands (en particulier le goéland d’Audoin) sur les plages de Doñana.

Huitrier pie

Huitrier pie - Haematopus ostralegus

Pluvier argenté

Pluvier argenté - Pluvialis squatarola

Tournepierre à collier

Tournepierre à collier - Arenaria interpres

Sterne caugek

Sterne caugek - Thalasseus sandvicensis

Oiseaux steppiques des marais salants de Doñana

Doñana est archi célèbre pour être une zone humide d’importance internationale. Néanmoins, une bonne partie des marais n’est inondée que quelques semaines pendant l’année, formant des marais salants secs (« marismas secas ») qui abritent des oiseaux spécialistes des conditions arides. Parmi ces oiseaux steppiques, quelques espèces sont typiques de Doñana et méritent de figurer sur cette liste.

Oedicnème criard

Oedicnème criard - Burhinus oedicnemus

Alouette pispolette

Alouette pispolette - Calandrella rufescens

Ganga cata

Ganga cata - Pterocles alchata