​Zones humides en Andalousie

Écosystèmes à productivité végétales maximale – habitat remarquable pour les oiseaux migrateurs et les amphibiens.

En Andalousie, comme dans le reste de l’Europe, les zones humides les plus importantes sont situées sur la côte. C’est à l’embouchure des rivières (estuaire), sur des plaines propices à l’expansion des eaux et au dépôt de sédiments, que coïncident les apports saisonniers des eaux fluviales et le régime journalier des marées. Ces conditions sont idéales pour créer des marais : des espaces de grande complexité qui abritent une biodiversité abondante.

Pour le naturaliste, le grand attrait des zones humides en Andalousie réside dans leur diversité morphologique, dépendante de quatre facteurs très variables comme leur surface, leur profondeur, leur saisonnalité et leur concentration en sels minéraux, dont la combinaison crée une infinité de situations écologiques. Les principaux biotopes se trouvent dans l’Inventario de Humedales de Andalucía.

Zones humides côtières, estuaires et marais: le bassin atlantique d’Andalousie accueille des rivières de plus fort débit et des marées de plus grande amplitude que le bassin méditerranéen, abritant ainsi les zones humides les plus importantes de la région. Citons les principales d’Ouest en Est : Castro Marim – Isla Cristina (sur le fleuve Guadiana), Marais Odiel (Odiel), Doñana (Guadalquivir), Baie de Cadix (Guadalete), Marais del Barbate (Barbate) et son prélude à la lagune de La Janda. Quant au bassin méditerranéen, on y trouve de rares zones humides côtières: embouchures du Guadiaro et surtout du Guadalhorce, la Charca de Suarez (Guadalfeo), les salines de Punta Entinas El Sabinar, Andarax, salines de Cabo de Gata et embouchure de l’Almanzora.

Loin de la côte, les complexes endoréiques intérieurs sont abondants dans la vallée du Guadalquivir. Ces dépressions forment des mares et des lagunes, c’est à dire des bassins versants de faible dimension qui ne se déversent pas dans le réseau hydrographique. Le climat semi-aride de l’Andalousie implique que ces lagunes s’assèchent généralement avant la saison des pluies suivante. Quant à la végétation, elle est généralement constituée d’une étroite bande périphérique de tamaris. La Laguna de Fuente de Piedra est la plus grande zone humide intérieure d’Andalousie. La lagune Zoñar, aux eaux permanentes et 16 mètres de profondeur, est le seul lac naturel d’Andalousie. Un autre cas exceptionnel pour la région est la lagune de Padul qui se trouve sur une ancienne tourbière, au pied de Sierra Nevada.

Zones humides en Andalousie

Estuaire sur le littoral de Huelva, entre terres et mer.

La beauté des fleurs de renoncule aquatique (Ranunculus spec).

Laguna de Moguer, Huelva, Donana

La lagune de Moguer, une mare méditerranéenne typique de Doñana.

Un autre souvenir au Palacio del Rey de Doñana: une masse éloignée rose de flamants brillants au milieu des marais verts et luxurieux.

Florent Prunier

G3-Guides

mare temporaire méditerranéeenne

Une mare temporaire méditerranéeenne, l’un des types les plus courants de zones humides en Andalousie.

Triops mautitanicus

Le plus spectaculaire des crustacés continentaux: Triops mauritanicus.

Les mares temporaires méditerranéennes sont de petites zones humides, de quelques centaines de mètres carrés ou moins, qui se dessèchent rapidement. En fonction de la présence dans le sol de sels qui se dissolvent à des concentrations très variables, les lagunes et les étangs peuvent être constituées d’eau douce, saumâtre ou saumurée (hypersaline), circonstance est favorable à l’existence d’une plus grande diversité de vertébrés aquatiques et en particulier d’invertébrés. La dynamique des mares temporaires es un phénomène passionant et facile à observer sur le terrain.

La production primaire des zones humides est bien supérieure à celle des autres écosystèmes continentaux. Elles abritent une végétation aquatique très spécialisée, aussi bien adaptée aux conditions amphibies d’eau douce comme salée (végétation halophile côtière et continentale).

Ces espaces sont très importants pour la biodiversité, en particulier pour les oiseaux aquatiques migrateurs, en tant qu’aire d’alimentation et de repos. Quant aux mares et lagunes temporaires, elles constituent un environnement très favorable pour les amphibiens et les crustacés branchiopodes car elles sont dépourvues de prédateurs nécessitant des eaux permanentes tels que les poissons et écrevisses américaines (Procambarus clarkii). Soulignons la présence de libellules liées à ce type d’écosystème, espèces généralistes et à grande capacité de colonisation.

J’ai échantillonné des centaines de mares temporaires qui sont littéralement pleines de vie… Je me suis souvent demandé comment est-il possible que tant d’insectes prédateurs puissent s’y développer?

Florent Prunier

G3-Guides

La beauté des fleurs de renoncule aquatique (Ranunculus spec).

En Andalousie, comme dans le reste de l’Europe, les zones humides les plus importantes sont situées sur la côte. C’est à l’embouchure des rivières (estuaire), sur des plaines propices à l’expansion des eaux et au dépôt de sédiments, que coïncident les apports saisonniers des eaux fluviales et le régime journalier des marées. Ces conditions sont idéales pour créer des marais : des espaces de grande complexité qui abritent une biodiversité abondante.

Pour le naturaliste, le grand attrait des zones humides en Andalousie réside dans leur diversité morphologique, dépendante de quatre facteurs très variables que sont leur superficie, leur profondeur, leur saisonnalité et leur concentration en sels minéraux, dont la combinaison génère une infinité de situations écologiques. Les principaux biotopes sont listés dans l’Inventaire des zones humides d’Andalousie (Inventario de Humedales de Andalucía).

Estuaire sur le littoral de Huelva, entre terres et mer.

Zones humides côtières, estuaires et marais: le bassin atlantique d’Andalousie accueille des rivières de plus fort débit et des marées de plus grande amplitude que le bassin méditerranéen, abritant ainsi les zones humides les plus importantes de la région. Citons les principales d’Ouest en Est : Castro Marim – Isla Cristina (sur le fleuve Guadiana), Marais Odiel (Odiel), Doñana (Guadalquivir), Baie de Cadix (Guadalete), Marais del Barbate (Barbate) et son prélude à la lagune de La Janda. Quant au bassin méditerranéen, on y trouve de rares zones humides côtières: embouchures du Guadiaro et surtout du Guadalhorce, la Charca de Suarez (Guadalfeo), les salines de Punta Entinas El Sabinar, Andarax, salines de Cabo de Gata et embouchûre de l’Almanzora.

Laguna de Moguer, Huelva, Donana

La lagune de Moguer, une mare méditerranéenne typique de Doñana.

Loin de la côte, les complexes endoréiques intérieurs sont abondants dans la vallée du Guadalquivir. Ces dépressions forment des mares et des lagunes, c’est à dire des bassins versants de faible dimension qui ne se déversent pas dans le réseau hydrographique. Le climat semi-aride de l’Andalousie implique que ces lagunes s’assèchent généralement avant la saison des pluies suivante. Quant à la végétation, elle est généralement constituée d’une étroite bande périphérique de tamaris.

La Laguna de Fuente de Piedra est la plus grande zone humide intérieure d’Andalousie. La lagune Zoñar, aux eaux permanentes et 16 mètres de profondeur, est le seul lac naturel d’Andalousie. Un autre cas exceptionnel pour la région est la lagune de Padul qui se trouve sur une ancienne tourbière, au pied de Sierra Nevada.

Une mare temporaire méditerranéeenne, l’un des types les plus courants de zones humides en Andalousie.

Les mares temporaires méditerranéennes sont de petites zones humides, de quelques centaines de mètres carrés ou moins, qui se dessèchent rapidement. En fonction de la présence dans le sol de sels qui se dissolvent à des concentrations très variables, les lagunes et les étangs peuvent être constituées d’eau douce, saumâtre ou saumurée (hypersaline), circonstance est favorable à l’existence d’une plus grande diversité de vertébrés aquatiques et en particulier d’invertébrés. La dynamique des mares temporaires es un phénomène passionant et facile à observer sur le terrain.

Le plus spectaculaire des crustacés continentaux: Triops mauritanicus.

La production primaire des zones humides est bien supérieure à celle des autres écosystèmes continentaux. Elles abritent une végétation aquatique très spécialisée, aussi bien adaptée aux conditions amphibies d’eau douce comme salée (végétation halophile côtière et continentale).

Ces espaces sont très importants pour la biodiversité, en particulier pour les oiseaux aquatiques migrateurs, en tant qu’aire d’alimentation et de repos. Quant aux mares et lagunes temporaires, elles constituent un environnement très favorable pour les amphibiens et les crustacés branchiopodes car elles sont dépourvues de prédateurs nécessitant des eaux permanentes tels que les poissons et écrevisses américaines (Procambarus clarkii). Soulignons la présence de libellules liées à ce type d’écosystème, espèces généralistes et à grande capacité de colonisation.

J’ai échantillonné des centaines de mares temporaires qui sont littéralement pleines de vie… Je me suis souvent demandé comment est-il possible que tant d’insectes prédateurs puissent s’y développer?

Florent Prunier

G3-Guides